Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les tests et les réglages constituent l'étape cruciale du développement d'un leurre. C'est cette phase qui nécessite le plus d'attention, le plus de retouches et qui procure le plus de questionnement. Mais souvent, lorsque l'on est proche de la vérité, un facteur embrouillant vient souvent s'inviter : le poisson. Et il est difficile de ne pas prendre en compte dans notre jugement, cet encombrant invité...
 
Diamond-Vib-.jpg
 
Lors des derniers réglages, le prototype commence à pêcher. Il nage bien et fait à peu près ce que l'on veut de lui : il commence à devenir un leurre. Mais il reste toujours des détails à régler comme l'équipement : la taille et/ou le nombre des hameçons, anneaux brisés, agrafes, ou la forme et la taille de la palette, ainsi que le poids de l'ensemble. Ces facteurs, qui peuvent paraître au premier abord secondaires, influent considérablement sur la nage du leurre et sa vitesse de descente. Et c'est toujours à ce moment précis que les poissons interviennent, pendant les phases de réglage ! Ils prennent le leurre, qui après tout leur était destiné (comment leur en vouloir ?). Mais ces poissons qui viennent valider des choix alors que le processus de test n'est pas achevé, sont-ils de bons indices ? Est-ce à eux d'emporter la décision, comme un vulgaire actionnaire majoritaire ? On pourrait facilement croire que oui, mais ce ne doit pas toujours être le cas.
 
Prenons comme exemple, deux lacs totalement différents, où les brochets ont un comportement quasiment opposé. Sur le Léman, les brochets font des touches de sandres, avec des tocs aussi francs que fugaces entraînant des ferrages supersoniques. La pêche s'y déroule majoritairement de façon verticale (de haut en bas, puis de bas en haut), souvent entre 8 et 18 mètres. Alors que sur Lacanau, les touches sont aussi franches que sûres et nécessitent un ferrage retardé. La pêche s'y déroule de façon horizontale, entre 1 et 4 mètres, en moulinant son leurre. J'ai pris ces 2 lacs en exemple car ils représentent les deux configurations diamétralement opposées, que l'on retrouvent partout en France.
 
Pour que le prototype s'adapte aux deux configurations, il n'y a pas 36 solutions, il faut trouver les réglages permettant au leurre d'être décliné en deux grammages, avec deux équipements différents : deux cousins d'une même famille en quelque sorte...
 
Ici, une vidéo illustrant mes propos sur le Léman. Si nos pérégrinations lémaniques vous intéressent, allez sur le site d'Etienne Fleurant, il retrace quelques anecdotes...
 
En attendant la deuxième partie, amusez-vous bien !
Tag(s) : #News

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :